Galeries et Musées

Musées du Vatican

Le noyau initial des Musées du Vatican était constitué par la collection de sculptures commencée par Jules II (1503-1513) et alors exposée dans la « Cours des statues », aujourd'hui Cour Octogonale. Les Papes furent les premiers souverains à mettre à la disposition de la culture et du public leurs collections d’art privées. Dans leur structure de collections d’art organisées dans des bâtiments accessibles au public, les Musées et les Galeries Pontificales naissent sous Clément XIV (1769-1774) et Pie VI (1775-1799) et, pour cette raison, la section emménagée sous ces deux Papes prit les noms de Musée Pio-Clementino. Pie VII (1800-1823) agrandit considérablement les collections d'Antiquités Classiques, en y ajoutant le Musée Chiaramonti et le Braccio Nuovo et enrichit largement la collection épigraphique exposée dans la galerie lapidaire.
Grégoire XVI (1831-1846) fonda le Musée Etrusque (1837) avec les pièces provenant des fouilles de l’Étrurie méridionale réalisées à partir de 1828, le Musée Egyptien (1839) avec les monuments égyptiens provenant d’explorations faites en Egypte et avec ceux qui se trouvaient déjà au Vatican et au Musée du Capitole, le Musée Profane du Latran (1844) avec des statues, des bas-reliefs et des mosaïques d'époque romaine qui ne pouvaient prendre place dans les édifices du Vatican. Au Musée Profane du Latran, Pie IX (1846-1878) ajouta en 1854 le Musée Chrétien, comprenant la statuaire antique chrétienne, en particulier des sarcophages et des inscriptions. Sous le pontificat de Saint Pie X (1903-1914), en 1910, fut ajouté le Musée Lapidaire Juif: une section contenant 137 inscriptions d’antiques cimetières juifs de Rome, pour la plupart provenant du cimetière de la Via Portuense et données par les propriétaires, les marquis Pellegrini-Quarantotti. Ces dernières collections (Musée Grégorien Profane, Musée Pie Chrétien et Lapidaire Juif) ont été transportées, sous Jean XXIII (1958-1963), du Latran à un nouveau bâtiment spécialement construit au Vatican; en 1970 ces collections ont été réouvertes au public.

Galerie Borghese

Le noyau le plus important des sculptures et des peintures conservées dans la Galerie Borghese remonte au collectionnisme du cardinal Scipione (1579-1633), fils d’Ortensia Borghese, sœur du Pape Paul V, et de Francesco Caffarelli, mais les événements des trois siècles qui suivirent, entre pertes et rachats, laissèrent de graves traces. Le cardinal Scipione portait son attention sur toutes les expressions de l’art antique, de la renaissance et contemporain, prêt à révoquer un nouvel âge d’or. Peu inéressé à l’art médiéval, il chercha par contre avec passion les sculptures antiques. Mais l’ambition du cardinal favorisa la création de nouvelles sculptures et surout de groupes de marbre qui allaient être confrontées aux œuvres antiques.

Le portrait de Paolina Bonaparte Borghese, peint par le Canova entre 1805 et 1808, se trouve dans la villa depuis 1838. En 1807, Camillo Borghese vendit à Napoléon 154 statuee, 160 bustes, 170 bas-reliefs, 30 colonnes et divers vases qui constitent le fondement Borghese du Louvre. Mais dès la troisième décennie du XIXème siècle, les graves lacunes venaient remplacées par de nouveaux matériaux provenant de récentes fouilles archéologiques et par des œuvres récupérées dans les caves et autres demeures des Borghese.

La collection de peintures du cardinal était impressionnante et déjà en 1613, décrite poétiquement par Scipione Francucci. En 1607 le Pape avait fait assigner à Scipione 107 tableaux confisqués au peintre Giuseppe Cesari, dit le Cavalier d'Arpino. L’année suivante eut lieu l’exportation clandestine de la Chapelle Baglioni à l’église de Saint-Françoise à Pérouge et le transfert à Rome de la Déposition de Raphaël, assignée au cardinal Scipione avec motu proprio du Pape.

Le Vittoriano

Également appelé « Vittoriano », il domine la Place de Venise. Érigé en clacaire blanc en 1885, il fut inauguré en 1911 mais il fallut encore une vingtaine d’années avant qu’il ne soit complètement terminé. Symbole de l’unité italienne depuis 1921, il est aussi considéré comme l’autel de la Patrie. Deux sentinelles d’honneur gardent en permanence le tombeau du « soldat inconnu » contenant la dépouille d’un soldat inconnu tombé pendant la première guerre mondiale.
 Un énorme escalier entouré de lions ailés et de deux Victoires de bronze, mène à l’autel de la Patrie. L’autel de la Patrie présente de haut-reliefs d’Angelo Zanelli avec au centre la statue de Rome. Au centre du monument domine la statue équestre de Victor-Emmanuel II réalisée en bronze par Enrico Chiaradia. Derrière le monument, un portique grandiose complète le tableau avec ses colonnes hautes de 15 mètres et les deux colossales quadriges de bronze avec des Victoires ailées réalisées par Carlo Fontana e Paolo Bartolini.

Palais Altemps

En 1568, le cardinal Marco Sittico Altemps commissionna aux Soderini une somme de 19.000 écus, devenant ainsi propriétaire du palais. Dès l’année suivante, les travaux de nettoyage et de réparation commencent, travaux qui vont durer une trentaine d’années.
 On procède à la décoration de peintures et aux finitions auxquelles sont ajoutées des éléments et un agrandissement des espaces. Des artistes comme Lattanzio Bonastri, Martino Longhi, Pandolfo del Grande, Giacomo della Porta s’alerteront dans la mise en œuvre des différentes interventions.
L'architecte Francesco da Volterra vérifie, lui, l’exécution des agencements intérieurs comme les cadres, les portes, les encastrements, les murs, les planchers, en particulier dans les salons où se trouvent des plafonds en bois.
En 1695, cette phase de transformations considérables commencée par Marco Sittico Altemps prend fin.
On parle au fil des années d’autres interventions, même si plus marginales, comme celle de 1603 pour l’agrandissement et la décoration de la chapelle, le ravalement de façades et la construction d’une balançoire.

Villa Farnesina

La villa Farnesina fait face au Palais Corsini, via della Lungara. Elle fut construite entre 1506 et 1510 selon la volonté du banquier siennois Agostino Chigi. À la mort du banquier commence pour la villa une période de décadence pendant laquelle elle sera privée des œuvres qu’elle renferme. En 1577, la villa fut rachetée par le cardinal Alessandro Farnese. Elle est depuis connue sont le nom de Villa Farnesina.
La villa est formée d’un bloc central avec une loggia à cinq arches et deux avant-postes latéraux. Le dessin assez simple de l’édifice est en parfaite harmonie avec le jardin qui l’entoure. Depuis l’atrium style XIXème on rejoint directement la loggia de Psiche, soigneusement peinte en 1517 par les élèves de Raphaël.

Depuis la loggia il est possible d’accéder directement à la salle de la Galatée avec son plafond décoré par Peruzzi en 1511. La fresque la plus importante de la salle est la célèbre œuvre de Raphaël « Galatée ».  À l’étage supérieur de la villa se trouve le splendide salon des perspectives, aux fresques de Peruzzi et de son atelier (1518). Il accueil un Cabinet pour les médias, les revues de presses rares, fondé en 1895 pour conserver les impressions et les dessins des Corsini.