Èglises et Basiliques

Basilique Saint-Pierre

Située dans la Cité du Vatican (état indépendant en territoire italien), elle domine la Place Saint-Pierre, chef-d’oeuvre architectonique de Bernini. Ont œuvré sur cette basilique, centre spirituel du christianisme, Bramante, Raphaël, Giuliano da Sangallo, Peruzzi, Antonio da Sangallo avant que n’intervienne Michel-Ange en 1547 et dont est resté la partie absidale et le dôme, la plus grande œuvre murale jamais réalisée. Ensuite, Maderno érigea la façade et transforma, sur ordre du Pape, le plan de l’église alors en croix grecque en croix latine.

Précédée d’un immense escalier, la façade se compose de colonnes émergentes parmi lesquelles s’ouvrent des fenêtres. La plus grande, centrale, est la loge des bénédictions. L’atrium de Maderno est décoré par des ornements et des mosaïques, particulièrement intéressante la mosaïque « La Navicella » de Giotto. Cinq portes de bronze nous emmènent à l’intérieur et l’une d’entre elles, la porte sainte, ne s’ouvre que pour les jubilés. L’église est imposante et grandiose. Au centre, sous le lumineux dôme orné de mosaïques et au cenre sur l’autel papal se dresse le baldaquin de bronze de Bernini. À droite repose la statue de bronze de Saint-Pierre réalisée par A. di Cambio, le pied droit pôli par les baisers de millions de fidèles. Dans la nef de droite se trouve la Pitié, groupe de marbre sculpté par Michel-Ange.    L’abside est reliée à la fastueuse chaire de Saint-Pierre, opéra en bronze de Bernini. Il est possible de visiter le dôme qui offre un panorama exceptionnel de Rome.

Basilique Saint-Jean de Latran

L’Escalier Saint peut se visiter de 6h30 à 12h et de 15h30 à 18h30 du 1er avril au 30 septembre et du 1er octobre au 30 mars de 15h à 18h. Entrée gratuite.
Basilique Saint-Jean de Latran : définie comme la cathédrale d’Italie et du monde, elle fut fondée par le Pape Melchiade sur les terres de la famille des Laterani, puis donnée à l'empereur Constantin du Pontefice avec la grande caserne des équites singulares, sur les restes de laquelle émerge la basilique. L’église constituée de 5 nefs fut d’abord dédiée à Salvaore puis, plus tard, aux Seigneurs Giovanni Battista et Evangelista. Restaurée par S. Leone Magno et Hadrien Ier, elle fut endommagée par le tremblement de terre de 896 puis réédifiée par Sergio III en 905 et décorée par Nicolò IV entre 1288 et 1292. Refaite plusieurs fois par les pontifs Urbain V et Grégoire XI puis enfin Innocent X qui, en vue du jubilée de 1650, chargea Borromini de la moderniser complètement. Dans cette basilique se sont tenus les conseils des années 1123, 1139, 1179, 1215 et 1512.

Basilique Saint-Paul


Basilique Saint-Paul-hors-les-murs : également appelée Basilique Ostiense, la plus grande de Rome après Saint-Pierre. Ses dimensions sont identiques à celles de la Basilique Ulpia au Forum de Trajan.

Après Constantin, elle fut agrandie par Valentiniano et Teodosio, terminée ensuite par le fils Onorio. C’est une basilique à 5 nefs, divisée en 80 colonnes, la plus grande église du Christianisme, devant la moderne Saint-Pierre. Sa construction remonte au IVème siècle ap. JC. sur le lieu où fut inhumé Saint-Paul. La basilique présente un clocher de 5 étages, les trois premiers suivant un plan carré, le quatrième octogonale et le dernier en forme circulaire avec des colonnes corinthiennes fut erigé par Poletti pour remplacer le précédent au style romano-gothique abîmé par l’incendie. Dans la basilique, le toit lacunaire et intéressant avec ses riches ornements dorés sur fond blanc et un ciborio d’Arnolfo di Cambio, érigé en 1285, exemple splendide d’art gothique soutenu par 4 élégantes colonnes à profile aux chapiteaux de marbre doré et les mosaïques de Pietro Cavallini coevo de Giotto. En outre, le chœur qui a été crée au début du XIIIème siècle par Vassalletto.

Basilique Saint-Clément-du-Latran

Basilique Saint-Clément-du-Latran : l’église est dédiée à Clément, troisième pontif de l’histoire, qui, selon une légende, fut jeté dans la mer noire attaché à une enclume après avoir été exilé en Crimée. La basilique originelle, construite en 385, fu détruite en 1084 par les Normands. Elle fu réédifiée en 1108 par Pascal II sur le modèle des deux églises précédentes, ramenées à la lumière en 1857. Façade : l’entrée est formée d’un portillon du XIIème siècle qui se divise en un quadriportique aux colonnes ioniques. La façade de la fin du baroque est une œuvre de Carlo Stefano Fontana ; Plan intérieur : forme basilicale ; Nefs : trois avec absides ; Presbytère : au-dessus de la crypte se trouve le tabernacle soutenu par quattre précieuses colonnes de marbre « pavonazzetto »; cuvette absidale : grande mosaïque de l’école romaine du XIIème siècle ; Fresques : Giuseppe Chiari, Masolino da Panicale.

Basilique Sainte-Marie-Majeure

l s’agit de la quatrième basilique patriarcale de Rome, après Saint-Paul-hors-les-Murs, Saint-Pierre et Saint-Jean de Latran. Dite aussi « Liberiana » car ressemble à une basilique construite par le Pape Libère à l’endroit où était tombé la neige en été (d’ailleurs elle était aussi appelée « Sainte-Marie-aux-Neiges »). Elle fut érigée par le Pape Sixte III en 432, tout de suite après le concile d'Éphèse qui revendiquait à la Madonne le titre de Mère de Dieu. Nicolas IV fit refaire l’abside, Clément X la façade principale. Le clocher en style roman, de 1377, avec sa flèche pyramidale, est le plus haut de Rome (environ 75 mères). La basilique a 3 nefs divisées par des colonnes en marbre et granit avec chapiteaux ioniques et offre un magnifique par-terre cosmatesque du XIIème siècle et un plafond à compartiments attribué à Giuliano Sangallo et doré avec ce qui a été le premier or parvenu d’Amérique en Italie. La basilique conserve ses mémoires antiques, comme ses célèbres mosaïques qui restent modernes comme la décoration de la Chapelle Paolina, ou Borghese.